Comment augmenter vos revenus avec les placements vidéo

Publié par

Que vous souhaitiez faire de votre site web amateur une entreprise à temps plein ou transformer votre blog en une publication incontournable pour une communauté de niche, vous êtes sur le point de faire un grand pas en avant.

Cette étape est souvent basée sur la monétisation.

Si vous voulez que votre site génère des revenus réguliers, vous devez le monétiser grâce à des placements publicitaires qui entretiennent l’engagement des visiteurs et améliorent leur expérience. De cette façon, vous gagnerez de l’argent à chaque visite et à chaque impression, et votre publication pourra continuer de tourner grâce à vos marques partenaires.

Voici où la monétisation vidéo entre en jeu.

L’importance de la monétisation vidéo

Les bannières et les articles sponsorisés ne sont pas les seuls formats publicitaires accessibles aux sites web. Il existe de nombreuses façons de monétiser votre site, comme l’intégration de liens d’affiliation au lancement de programmes d’adhésion. La vidéo, toutefois, est l’une des plus efficaces.

Sur internet, l’engagement des consommateurs envers les vidéos se constate sur les médias sociaux, les plateformes de streaming et les téléphones portables. L’audience de la vidéo numérique ne risque pas de faiblir de sitôt. Zenith estime que les internautes ont visionné 84 minutes de vidéo par jour en 2020, un chiffre qui devrait passer à 100 minutes en 2021. Selon Magna Global, les dépenses publicitaires en vidéos numériques en France sont passées de 491 millions d’euros en 2019 à 558 millions d’euros en 2020, et ce malgré la crise. Magna prévoit par ailleurs une nouvelle hausse de +17,1 % des investissements en 2021.

La publicité mobile et programmatique est le principal moteur de ces investissements, offrant aux marketers la possibilité de toucher leurs audiences cibles à grande échelle avec un contenu pertinent et visuellement dynamique. La vidéo permet également aux annonceurs d’être plus créatifs. Ils peuvent, par exemple, expérimenter avec des démonstrations produit, des interviews, des guides pratiques, des animations et des illustrations.

C’est une excellente nouvelle pour les éditeurs. Avec une telle demande d’inventaire vidéo, ils peuvent proposer aux annonceurs des placements pour des vidéos publicitaires sur leurs sites web. Grâce à cette stratégie, les consommateurs peuvent continuer à profiter de leur format publicitaire préféré, les annonceurs peuvent partager leurs messages de manière innovante et les sites éditeur peuvent augmenter efficacement leurs revenus.

Les types de placements pour les vidéos publicitaires

Les vidéos publicitaires peuvent prendre des formes différentes et tous les placements n’y sont pas systématiquement adaptés. Comme pour le display, les vidéos publicitaires peuvent s’intégrer à différents endroits sur les sites éditeur, et toucher les visiteurs à différents moments de leur parcours sur la page.

Vidéos publicitaires en bas de page

Ces vidéos publicitaires sont placées à la fin des articles sur les sites éditeurs, engageant les lecteurs lorsqu’ils en ont fini avec leur contenu et qu’ils sont prêts à passer à autre chose. Nielsen et Taboola définissent cet instant comme le “moment de découverte” – le meilleur moment pour capter l’attention du consommateur et générer une réponse émotionnelle. Taboola a également découvert que les vidéos publicitaires natives améliorent la visibilité de +70 % et génèrent des RPM (revenus par mille impressions) entre trois et six plus élevés qu’avec le display sur les mêmes emplacements.

Le blog sur la nutrition Avocadu, par exemple, héberge des vidéos publicitaires à la fin de ses articles, placées juste en-dessous des boutons de partage sur les réseaux sociaux et de la biographie de l’auteur, et juste au-dessus de son appel à l’action (comme télécharger un ebook) et de la section “commentaires”.

Avec Taboola, les éditeurs peuvent intégrer la recommandation de vidéos publicitaires sous la forme d’un fil d’actualité que l’on peut faire défiler à l’écran à la fin de leurs articles. Par exemple, lorsque ClickTheCity.com, la publication de référence pour le divertissement et le lifestyle aux Philippines, a souhaité générer des revenus au-delà des moteurs de recherche et des réseaux sociaux, elle a signé un partenariat avec Taboola. Et après avoir placé des vidéos publicitaires sur son site, ses revenus publicitaires ont quadruplé, son RPM a grimpé de +210 % et, plus globalement, ses revenus mensuels ont augmenté de +100 %.

Les vidéos publicitaires en notification

Les vidéos publicitaires en notification apparaissent dans le coin inférieur droit ou gauche de l’écran et restent généralement à cet emplacement lorsque le lecteur fait défiler le contenu du site.

Prenons l’exemple de Get Healthy U, un blog sur le fitness qui intègre des vidéos publicitaires en notification dans ses articles :

À tout moment, le lecteur peut choisir de regarder la vidéo publicitaire, de la revoir, d’activer le son ou de cliquer pour en savoir plus sur les produits présentés.

Les vidéos publicitaires en milieu d’article

Les publicités en milieu d’article se situent entre les paragraphes ou les sections d’un article. Bien qu’elles touchent les lecteurs plus rapidement que les vidéos publicitaires situées à la fin d’un article, elles peuvent se révéler moins engageantes car elles perturbent l’expérience utilisateur et risquent de l’agacer en l’interrompant dans la lecture du contenu.

Prenons l’exemple de cette vidéo publicitaire en milieu d’article sur The Budget Fashionista, qui est placée entre deux éléments d’une liste de produits :

Comment suivre la monétisation des vidéos

Les vidéos publicitaires sont associées à des outils d’analyse uniques, qui permettent de mesurer les performances de la monétisation et les revenus. Les mesures classiques de la performance de la monétisation des vidéos comprennent :

  • Le RPM. Il s’agit du revenu par 1 000 impressions. Si 100 000 visiteurs du site ont vu vos publicités au cours d’un mois et que vous avez gagné 500 € de revenus publicitaires, votre RPM s’élève à 5 €.
  • Le coût par vue (CPV). Il s’agit du montant que vous gagnez chaque fois qu’un visiteur visionne une vidéo publicitaire. Selon les plateformes, différentes durées minimum de visionnage peuvent s’appliquer pour valider une vue, par exemple trois ou 30 secondes.
  • Le coût par vue complète (CPCV). Il s’agit du montant que vous gagnez chaque fois qu’un visiteur visionne une vidéo dans son intégralité.

Les éditeurs peuvent suivre ces métriques pour évaluer le montant de leurs revenus et l’efficacité de leurs vidéos publicitaires à engager les lecteurs. Si le CPCV est bas, par exemple, cela signifie que les visiteurs ne restent pas suffisamment longtemps pour regarder la vidéo en entier. Les sites médias peuvent alors travailler avec les annonceurs pour modifier leurs publicités et essayer de nouveaux placements. Si le RPM est bas, les sites médias peuvent alors renforcer leur stratégie visant à générer plus de trafic payant et organique.

Les grands avantages des vidéos publicitaires pour les site éditeurs

La monétisation vidéo peut aider les éditeurs à transformer leur passion en une activité durable qui génère des revenus et capte des audiences fidèles. En comprenant le fonctionnement du placement et du suivi des vidéos publicitaires, les éditeurs peuvent inciter plus efficacement les annonceurs à acheter de l’espace sur leur site web et à toucher les consommateurs avec ce format attrayant.

Créez votre Taboola Feed !